Patrimoine et Environnement

Le château, son parc, sa roseraie

LE CHATEAU MUSEE LOUIS PHILIPPE

LE CHATEAU MUSEE LOUIS PHILIPPE - Le château, son parc, sa roseraie - Ville d'Eu

 

La ville d'Eu s'enorgueillit d'un patrimoine riche et varié : site archéologique du Bois-L’abbé collégiale du XIIe siècle, hospices du XVIIe siècle, chapelle du collège des Jésuites construite en 1613 et abritant les cénotaphes de Catherine de Clèves et de Henri de Guise...

Un de ses attraits majeurs est le château d’Eu et son Musée Louis-Philippe. Celui-ci abrite une collection caractérisée par son ampleur et sa diversité : peintures, arts graphiques, sculptures, mobilier, objets d'art, souvenirs du Brésil. Ils forment un ensemble unique et cohérent, qui évoque l'histoire du lieu, de ses résidents, et le règne de Louis-Philippe. Depuis la naissance du château jusqu'à nos jours, les travaux, les achats, les dons de collectionneurs privés donnent vie à cette prestigieuse demeure.

Le château, la cour d'honneur, le jardin, les fabriques incluses dans la partie eudoise du parc sont classés Monuments Historiques depuis 1985.

En savoir plus : www.chateau-eu.fr

INFORMATIONS PRATIQUES

 

Le château musée Louis-Philippe est ouvert du 15 mars au dimanche suivant la Toussaint, tous les jours de 10h à 12h (caisse fermée à 11h30) et de 14h à 18h00 (caisse fermée à 17h30). Fermé le mardi toute la journée et le vendredi matin

Renseignements et réservation
Tél. : 02 35 86 44 00
Courriel : chateau-musee@ville-eu.fr


Droit d'entrée
Tarif adulte : 5 euros
Tarif adulte groupe (à partir de 10 personnes) : 4 euros
Tarif enfant et étudiant : 2 euros
Tarif enfant groupe (à partir de 10 personnes) : 1,5 euros
Gratuit pour les moins de 6 ans

Accueil
Billetterie, librairie, boutique
Documents en anglais, russe, italien, néerlandais, allemand…

Labellisé "Maison des Illustres"

Portail des musées hauts normands :
http://www.musees-haute-normandie.fr

LA ROSERAIE

LA ROSERAIE - Le château, son parc, sa roseraie - Ville d'Eu

 

Construit en 1578 par Henri le Balafré, duc de Guise, le château d’Eu est racheté au XVIIe siècle par la Grande Mademoiselle qui aménage un jardin à la Française sur un remblai.

Au XIXe siècle, le château devient le lieu de villégiature privilégié de Louis-Philippe et de sa famille. Le roi y crée une roseraie et y plante des rhododendrons, des azalées.

Mais c’est la rose qui a une place privilégiée. Vous pouvez la voir partout dans le château : service de table, décor, boiseries…  Et en 1843, lorsque la reine d’Angleterre Victoria est reçue au château d’Eu, elle apprécia particulièrement son appartement ouvrant directement sur le jardin de roses…

La roseraie est aujourd’hui en cours de reconstitution par la plantation de roses anciennes qui évoquent par leur nom l’histoire du château d’Eu. Ainsi la roseraie raconte en miroir la vie du château, satisfaisant aussi bien les amateurs de l’histoire de France que ceux des jardins.

La roseraie, comme le parc du château, sont ouverts tous les jours, en accès libre et gratuit.
Renseignements en mairie au 02 35 86 44 00

La roseraie du château d’Eu s’inscrit dans le circuit des Roses de Normandie.
 

LE PARC DU CHÂTEAU

LE PARC DU CHÂTEAU - Le château, son parc, sa roseraie - Ville d'Eu

 

L’histoire du parc est intimement liée à l’histoire du château.

Installé à flanc de coteau, il est aménagé en terrasses. Souvent remanié, il évolua au cours des siècles et au goût des propriétaires successifs.

Au XVIe siècle, lorsque Catherine de Clèves et Henri de Guise firent construire le château, un parc existait déjà. Ils y plantèrent des hêtres, dont un subsiste encore : le Guisard.

Dans la seconde partie du XVIIe siècle, la Grande Mademoiselle devint propriétaire du domaine ; elle fit terminer la construction du château et le dota du grand parc qui lui manquait.
Elle y aménagea un parterre français, soutenu par de puissants murs de grès et fit édifier plusieurs bâtiments annexes. : un petit château qui n’existe plus, et un pavillon, sorte de belvédère, d’où elle pouvait admirer la mer. Ce pavillon dit « Pavillon Montpensier » subsiste encore. Elle ordonna également la plantation d’ormes, de charmes, de châtaigniers et de tilleuls.

En 1811, Fontaine fit un rapport à Napoléon pour lui faire part de l’état du domaine. On peut y lire qu’une grande partie des plantations faites par la Grande Mademoiselle est à remplacer.

En 1821, Louis-Philippe d’Orléans, futur roi des français, hérite du domaine.

Dès 1828, il commence à restaurer le château et à acquérir des terres pour agrandir encore le parc. Il crée des serres, fait planter des rhododendrons, des azalées et des rosiers.

En 1872, le château d’Eu est restitué au comte de Paris, petit-fils du roi. Il avait acquis lors de son premier vexil en Angleterre de solides connaissances agronomiques. Il créa une ferme modèle pour y expérimenter diverses tecnhiques de culture et d’élevage, et fit forer le pûits artésien (173 mètres). Amateur d’essences exotiques, il introduisit quelques spécimens d’essences résineuses, alors peu connues…

Aujourd’hui, le parc devenu en partie propriété communale présente toujours des témoignages de ces différentes phases d’évolution.